You are currently viewing Comment et pourquoi détourner une méthode d’apprentissage innovante ?

Comment et pourquoi détourner une méthode d’apprentissage innovante ?

  • Dernière modification de la publication :16 mai 2024
  • Post category: Innovation pédagogique

Une enseignante détourne l’usage d’une méthode d’apprentissage par les pairs pour une utilisation en CM. Retour d’expérience.

L’an dernier, j’ai été invitée à suivre une formation WAP au CEMU, à des fins de réutilisation dans le cadre d’un projet d’innovation pédagogique mettant en dialogue les savoirs expérientiels et les savoirs académiques.

Muriel Gilardone, maîtresse de conférences en économie, UFR SEGGAT

Qu’est-ce que la méthode WAP ?

La méthode We Are Peers (WAP) repose sur l’apprentissage par les pairs et vise la montée en compétence d’un groupe d’apprenants par la capitalisation des connaissances et des expériences de chacun.

On peut s’appuyer sur cet outil pédagogique pour animer un atelier ou un cours en faisant émerger les expériences et en les partageant entre pairs. Afin de faciliter la communication, les participants prennent à tour de rôle le statut d’organisateur, de facilitateur et de simple participant.

WAP, c’est une méthode opérationnelle qui permet d’animer l’apprentissage entre pairs à partir de partages de connaissances acquises de l’expérience. Tout commence avec une question point de départ qui permet de faire émerger des expériences.

La méthode WAP implique une mise en réflexion des participants en amont de la session par le partage d’une expérience avec le reste du groupe.

En fait, créer les conditions d’un bon apprentissage entre pairs est un travail de précision et qui nécessite plusieurs étapes en amont et en aval de l’atelier lui-même. Non seulement, j’ai dû préparer le scénario pédagogique de l’atelier, le script d’animation, mais aussi en amont mettre au travail les étudiantes et étudiants dans le but de préparer de bons récits d’incarnation.

L’apprentissage par les pairs
« L’apprentissage entre pairs, pensé comme une pédagogie, crée une rupture avec les pratiques d’enseignement traditionnelles en ce qu’elle remet en cause le triangle didactique [d’]Houssaye » (T. Liu, R. Patillon, Pratiquer le peerlearning pour repenser la formation à l’ère du numérique. DeBoeckSupérieur).

Quelle plus-value par rapport à un cours traditionnel ?

L’utilisation de la méthode WAP en lieu et place d’un cours magistral théorique était donc original. Selon Muriel Gilardone, l’outil a permis de rendre son cours plus dynamique, d’investir ses étudiants, de les projeter dans le métier d’économiste. Même pour l’enseignant ou enseignante, l’utilisation d’un tel outil est un « exercice […] extrêmement riche en apprentissage, à la fois exigeant et ludique ».

La bonne surprise, c’est que l’amphithéâtre était plein et que tout le monde avait l’air motivé pour participer à cette expérience. […] Il me semble avoir décelé quelque chose de leur engagement qui était un peu différent de ce que je perçois dans des travaux plus courants.

Enfin, je garde surtout en mémoire un cours très vivant, où tout le monde participe, écoute et partage ses connaissances et ses expériences avec beaucoup d’enthousiasme, de curiosité mais aussi de bienveillance […] . En moyenne, cette proposition de travail a été évaluée comme stimulante à 84 %.

Télécharger l’interview complète :

Retrouvez le retour d’expérience en vidéo

Vous souhaitez intégrer WAP dans vos enseignements ?